Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog du documentaliste du Collège de Novalaise
  • le blog du documentaliste du Collège de Novalaise
  • : Fenêtre ouverte sur le monde de la documentation et de l'information à plus d'un titre (lecture, écriture, internet, sport...)
  • Contact
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 13:27

De passage à la librairie Garin pour vivre

davantage, j'ai été choisi par un livre :

 

Les derniers jours de Mandelstam,

développés au fil du vertige par

Vénus Khoury-Ghata.

 

Ossip est mort, ses camarades déportés

continuent à lever son bras pour profiter

de sa ration ; au bout de ce bras, une main

qui a écrit en 1933 ce que le tyran n'arrête pas :

 

Nous vivons, insensibles au pays qui nous porte.

A dix pas, nos voix ne sont plus assez fortes.

 

Mais il suffit d'un semi-entretien,

Pour évoquer le montagnard du Kremlin.

 

Ses doigts épais sont gras comme des asticots,

Et ses mots tombent comme des poids de cent kilos.

 

Il rit dans sa moustache énorme de cafard,

Et ses bottes luisent, accrochant le regard.

 

Un ramassis de chefs au cou mince l'entoure,

Sous-hommes empressés dont il joue nuit et jour.

 

L'un siffle, l'autre miaule, et un troisième geint,

Lui seul tient le crachoir et montre le chemin.

 

Il forge oukaze sur oukaze, en vrai forgeron,

Atteignant tel à l'aine, tel à l'oeil, tel au front.

 

Et chaque exécution est un régal,

Dont se pourlèche l'Ossète au large poitrail.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PASCALOUP DE SAVOIE - dans Mémoire
commenter cet article

commentaires